Bénédictine Liqueur du Palais

Bénédictine Liqueur du Palais

La DOM Bénédictine, une liqueur mythique

La Bénédictine est élaborée avec pas moins de 27 plantes ou épices qui composent la fameuse liqueur. Cette recette est née d’un vénitien du XVIe siècles, Dom Bernardo Vincilli qui est venu à l’abbaye de Fécamp. C’est là qu’il mis au point cet élixir autour de l'an 1510. La recette de la Bénédictine s’articule autour de 27 plantes locales et d’épices orientales.

Les plantes et épices de la Bénédictine

Parmi les plantes et épices qui composent la Bénédictine, il y a notamment l’hysope, le genièvre, la fleur de sapin, la coriandre, le clou de girofle, la vanille, le citron, la cardamome, la cannelle, l’angélique, l’ambrette, l’aloès, l’arnica, le thé, la mélisse, le thym et le zeste d’orange.

L'histoire de la liqueur Bénédictine

Selon la tradition orale, c'est à la cour de François 1er que cet élixir était très apprécié. Jusqu’à la Révolution Française, ce médicament hautement digestif se taille une solide réputation dans le Nord de la France.
Après 1789, la fabrication de la Bénédictine tombe en désuétude et la recette est voué aux oubliettes comme énormément de recettes et objets issu des abbayes. La recette de la Bénédictine est retrouvée en 1791 chez un notable de Fécamp.

En 1873, Alexandre Legrand va relancer la production de façon plus intense en produisant 150 000 bouteilles de Bénédictine. La forme de la bouteille sera spécifique et largement ventrue avec un bouchon qui porte la mention « Véritable Bénédictine ». Sans oublier le D.O.M qui signifie en latin "Deo Optimo Maximo" : "A Dieu, le plus grand, le plus fort".
Avec un succès commercial, Alexandre Legrand fait construire à Fécamp un immense palais de style gothico-renaissant destiné à recevoir l’usine de fabrication ainsi qu’un musée.