Whisky Alsacien
& Whisky Français

Whisky Alsacien & Whisky Français

Whisky Alsacien Blend, Single Malt, Single Malt Tourbé en IGP, commande en ligne

C’est une démarche qualité. Le principe est de fixer des règles pour l’élaboration des eaux-de-vie qui sont consignées dans des cahiers des charges (un par eau-de-vie). Ces règles reprennent le savoir-faire local présent depuis des générations en Alsace. Le respect des cahiers des charges est vérifié par un organisme de contrôle externe et indépendant sur la base de deux plans de contrôle (un pour les eaux de vie de fruits [Kirsch d’Alsace, Questch d’Alsace, Mirabelle d’Alsace] et un pour le Whisky d’Alsace).

Quel est l’intérêt d’une telle démarche ?

L’intérêt premier de la démarche est la préservation du label Alsace sur les étiquettes d’eaux-de-vie, produit emblématique de la région. Le règlement européen 110/2008 du 15 janvier 2008 dispose que les boissons spiritueuses doivent mettre en place des cahiers des charges si elles veulent continuer à mentionner une origine sur leurs étiquettes (avec un délai de mise en œuvre au 1er janvier 2015). C’est dans ce contexte qu’a été relancé le Syndicat des Distillateurs et Liquoristes d’Alsace en 2013. Les cinq cahiers des charges ont été homologués au niveau national début 2015.

 Ensuite, une démarche qualité c’est d'offrir des garanties aux consommateurs. Par la simple lecture de la mention Alsace sur l’étiquette d’eau-de-vie, le consommateur sait que l’eau-de-vie qu’il achète a suivi un processus de fabrication contrôlé dans le but de lui offrir un produit de qualité. Par exemple, l’eau-de-vie est conservée pendant une période de repos avant d’être commercialisée ; la fermentation, la distillation et la réduction des eaux-de-vie ont lieu en Alsace, etc…

 Enfin, le respect par tous du même cahier des charges ne constitue pas pour autant une standardisation qui mènerait à une uniformisation des produits. Le cahier des charges c’est un socle de qualité qui laisse une multitude de portes ouvertes pour se différencier. Chaque distillerie a la possibilité d’apporter sa « patte » et réaliser des eaux-de-vie de caractère. Le respect d’un certain nombre d’exigences laisse de la place pour la créativité et la différenciation entre les distilleries alsaciennes.

Le Whisky Français par excellence

En France, il y a une quarantaine de distilleries qui produisent des whiskys français. Les pionniers ont été les bretons et les alsaciens.
Ces deux régions bénéficient d’une indication géographique protégée. Le whisky breton est élaboré en blend et en single malt.
Tandis que le whisky alsacien n’est élaboré qu’en single malt. Au même titre que le scotch whisky ou l’irish whiskey n'est qu'en single malt.

La France maitrise l’intégralité du processus de fabrication. Nous sommes un grand pays céréalier qui maîtrise parfaitement l’art du brassage. L’Institut Français de la Brasserie et de la Malterie a inventé les deux principales techniques, au sol et en tambour.

Concernant la tonnellerie et le vieillissement sous-bois n’ont plus de secret grâce à la viticulture et les spiritueux bruns.

La sélection du meilleur bois

La tonnellerie utilise uniquement du merrain de chêne de première qualité provenant essentiellement des forêts de l'ONF (Office National des Forêts qui assure la gestion durable des forêts publiques).
Respectueuse des démarches de l'ONF, l'entreprise s'est entourée depuis de nombreuses années d'un réseau de professionnels et achète du chêne de qualité auprès d'une dizaine de mérandiers.

Par exemple les chênes des régions françaises pour les barriques :
Tronçais avec son grain extra-fin pour des vins haut de gamme
Centre France et de la région Vosges à grain fin et moyen pour l'élevage des vins
Limousin à gros grain pour le vieillissement des alcools
Chêne américain à grain mixte importé de quelques scieries du Missouri pour l'élevage des vins